Accueil :

Ensembles-copie-1.jpg
pedeblog_kek_logo2.png
Blog LGBT du rédac' chef :
Daniel Conrad

twitter_logo_header.png

Daniel Hall


secondé par :

Gérard Coudougnan


L'équipe des "piliers" en exclusivité
ou en reprise autorisée :

Jean Yves
, Bernard Alapetite, Zanzi, Neil, Kim,
Matoo, Mérovingien02, Juju, Chori,
Shangols, Boris Bastide, Stéphane Riethauser,
 
Niklas,
Robert Wagner,
 Jag1366, Hari3669, Maykel Stone,
Marc-Jean Filaire,
Isabelle B. Price, Psykokwak,
Rémi Lange
, Henry Victoire, Didier Roth-Bettoni
et
BBJane Hudson...

Mais aussi, depuis, Cyril Legann,
Gérard Coudougnan (Livres), Voisin Blogueur,
Nicolas Maille, Sullivan Le Postec, Vincy Thomas,
Jann Halexander, Tom Peeping
, Lucian Durden,
Papy Potter, Nico Bally, Marie Fritsch,
Sir Francisco, Laurent Fialaix
et Hugo Rozenberg.

Special Guest Star : Philippe Arino.

Un grand merci à Francis Moury,
Olivier Nicklaus et à
Yann Gonzalez.
Et en special guest star gay-friendly... Dr Orlof !


et bien d'autres depuis le début et d'autres à venir...

Ce blog est partenaire de

Dreampress.com

Avec l'aide graphique de

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>

Recherche

W3C

  • Flux RSS des articles

POUR SURFER SUR CE BLOG...

Les Toiles Roses  est un blog collaboratif, indépendant et bénévole optimisé pour Mozilla Firefox (cliquer ici pour le télécharger)

TOUTES LES CRITIQUES DE FILMS : ICI
LES CRITIQUES DE LIVRES (Gérard Coudougnan) : ICI
Nos chroniques vedettes : Zanzi and the City (Zanzi), Et les filles alors ? (Isabelle B. Price),
Derrière les masques : Homollywood (Marc-Jean Filaire),
Merci Bernard (Bernard Alapetite),
Le Bazar de l'Homo Vincy (Vincy Thomas),
L'Histoire de l'homosexualité,
Dans l'ombre de Jann Halexander (Jann Halexander), Spécial Abdellah Taïa (Daniel C. Hall),
La Crypte aux gays (BBJane Hudson), Certains l'aiment camp (Tom Peeping),
 
Le Chaudron rose (Papy Potter), Petits Contes Dark-en-ciel (Nico Bally),
Marie de traverse (Marie Fritsch), Spécial Salim Kechiouche, Si j'étais homo ou hétéro...,
Spécial Stonewall, 40 ans, La gâterie du chef (Daniel Conrad Hall), La Garac'Ademy (Jean-Louis Garac)
A tort ou à travers (Laurent Fialaix), Rencontres de tous les types (Hugo Rozenberg),
 
Le Phil de l'araignée (Special Guest Star : Philippe Ariño),
Dossier et chronique-soutien
à l'association "Le Refuge" (Daniel C. Hall).

Venez rejoindre la rédaction, les lectrices et lecteurs sur le groupe Facebook :
http://www.facebook.com/group.php?gid=61890249500#/group.php?gid=61890249500

GARACADEMY.png

 

GARACphoto.jpg

 

Jean-Louis Garac vit à Nice et est passionné par la littérature et la poésie, l'art et le cinéma. Il aime également écrire sur des sujets divers des « billets d'humeur ». Il possède une maîtrise de lettres modernes et son sujet de mémoire a été consacré à Colette. Il tient un blog personnel d’une excellente qualité et participe au fonctionnement de plusieurs associations. Jean-Louis, qui n’est pas responsable du titre de sa chronique (c’est un mauvais jeu de mots, spécialité du chef Daniel C. Hall), entre avec classe dans la grande famille du blog Les Toiles Roses

 

08.

LA CONSTRUCTION DE JÉSUS, de BART EHRMAN

 

jesus1.jpg

 

Les éditions H&O, qui portent le nom de leurs créateurs Henri et Olivier, offrent une belle palette de livres pour tous les goûts : BD, romans d’aventures ou érotiques, romans littéraires, essais, photographies ! Loin du snobisme français en matière de publication, et avec beaucoup de courage et de détermination, H&O continue de publier des ouvrages d’une grande richesse qu’on aurait tort de négliger sous prétexte qu’il s’agit du rayon « homosexuel » ou estampillé comme tel.  

Avec La Construction de Jésus, les éditions H&O font connaître en France l’immense travail d’analyse et de recherche du théologien américain Bart Ehrman; ce livre, de façon très accessible, nous fait suivre une enquête très poussée sur ce personnage clef de l’histoire nommé « Jésus » et sur tous les écrits du Nouveau Testament.  

Jésus est d’autant plus incontournable dans notre civilisation qu’en son nom des hommes et des femmes ont « construit » diverses églises, ont promulgué des dogmes, ont forgé des lois, ont permis à des personnages eux aussi « construits » en partie, comme Paul, d’imprimer sur le monde une trace terrible de feu et de sang avec ce qu’ils considéraient être le « Bien » et ce qu’ils foudroyaient pour être le « Mal » !  

Les écrits de Paul par exemple ont ainsi considérablement nuit à la femme et ont repris des condamnations obscures contre l’homosexualité tirées du Lévitique oubliant que ni l’Exode, ni les Nombres, ni le Deutéronome dans l’Ancien Testament, ni les évangiles de son époque, en y incluant ceux considérés comme apocryphes aujourd’hui (une bonne vingtaine), n’ont jamais rien dit de tel…  

 

jesus2.jpg

Gustave Doré, Jésus.

 

Des auteurs et des philosophes comme Michel Onfray ont, dans plus d’un livre, ouvertement dénoncé ces falsifications criminelles ou ces « constructions » malsaines, pour reprendre un des termes clefs du livre de Bart Ehrman, qui polluent encore méchamment nos sociétés contemporaines. Il n’est donc pas vain de se replonger dans ces textes fondateurs qui touchent à la racine même de toutes les « constructions » mentales de la société occidentale et de toutes celles qui se réfèrent aux Livres dits « Saints », car en ce début du XXIème siècle, des religieux de divers horizons jusqu’au Pape continuent de marteler le même discours qui sclérose les individus en essayant de les culpabiliser sur ce qu’ils sont intrinsèquement : 

« En tant qu'êtres humains (les homosexuels) méritent le respect (…) ils ne doivent pas être rejetés à cause de cela. Le respect de l'être humain est tout à fait fondamental et décisif. Mais cela ne signifie pas que l'homosexualité soit juste pour autant. Elle reste (l’homosexualité) quelque chose qui s'oppose à l'essence même de ce que Dieu a voulu à l'origine. » dixit Benoît XVI dans son dernier livre Lumière du monde.

Nous sommes bien au cœur du problème, c'est-à-dire : qu’est-ce que « Dieu a voulu à l’origine » ? Comme personne n’était présent pour l’interviewer ou le filmer, c’est à travers les écrits sacrés qu’on pourra essayer de comprendre ce message. C’est en interrogeant tous les livres de la Bible et notamment les livres du Nouveau Testament que l’on va essayer d’approcher cet « enseignement divin » et c’est justement là que le chercheur, le théologien et par la suite le simple lecteur ou le simple croyant, va de surprise en surprise car ce qui est arrivé jusqu’à nous n’est qu’un ensemble de lambeaux de paroles, parfois incohérents ou incompatibles, que les premiers scribes ou religieux ont voulu enrichir à leur fantaisie ou combler de façon littéraire ; dans ces conditions qui peut aujourd’hui se prévaloir de connaître ce que Dieu a voulu à l’origine ?

 

jesus3.jpg

Rubens, Les 4 évangélistes.

 

Bart Ehrman, lui-même très croyant lorsqu’il arrive au séminaire théologique de Princeton en 1978, va voir ses certitudes fondre devant ce qu’il découvre petit à petit dans ses études, en passant tous les textes du Nouveau Testament et tous les autres non retenus par le « canon » au crible de la « critique historique » et de la « critique textuelle » ; sans oublier la « perspective historique » qui replace les événements et les comportements dans leur milieu socio-historique. Ainsi, sur le thème de l’homosexualité par exemple, comment peut-on se référer aujourd’hui aux propos de Paul pour les opposer à nos conceptions actuelles car la notion « d’orientation sexuelle » et « d’homosexualité » sont des notions créées au XIXème et au XXème siècles et qui n’avaient donc pas cours dans l’antiquité : « On peut difficilement prendre les prescriptions de Paul sur les relations homosexuelles, les extirper des présupposés de Paul sur le sexe et le genre, et les transplanter dans un autre discours sur le sexe et le genre. »

Or le discours officiel de toutes les églises a toujours été de s’arrêter à la lettre sans essayer de comprendre le contexte ou de se poser des questions pertinentes en comparant par exemple certains textes à d’autres, car les contradictions et les versions différentes fourmillent dans les évangiles et les autres écrits.

 

jesus4.jpg

Les 4 évangélistes et leurs symboles

 

Malheureusement, les hommes se cachent derrière leurs traditions comme les grands singes sous les palmes des forêts équatoriales. C’est pourquoi un livre aussi brillant que celui-ci doit permettre à tout le monde d’avoir une idée juste sur ces « témoignages » et les différentes péripéties de leur création afin de percevoir clairement de quelle façon s’est élaboré le christianisme !

Une autre constatation aussi édifiante, qui en dit long sur les mécanismes qui animent les sociétés humaines, c’est la cruelle absence d’intérêt pour la Bible des croyants eux-mêmes ! Bart Ehrman y revient plusieurs fois dans son étude : « Pour moi, il s’agit là de l’un des plus grands mystères de l’univers : comment tant de gens peuvent-ils vénérer la Bible, penser qu’il s’agit d’une révélation de Dieu à son peuple et en même temps la connaître si mal ? »

Il faut dire aussi que depuis que les études exégétiques ont commencé à se développer et à être indépendantes des églises, il y a environ plus de deux siècles, rarement les conclusions des chercheurs ont pu atteindre le grand public et s’y propager. Aujourd’hui, et suite à des livres et des émissions de vulgarisation comme Corpus Christi à la fin des années 90, le grand public peut enfin accéder à ce qui était connu d’un petit nombre de chercheurs.

 

jesus5.jpg

Édification d’une statue géante de Jésus en Pologne

 

À ceux qui se drapent dans les pages trouées des évangiles, dans les épîtres en patchwork ou dans les textes hétéroclites de l’Ancien Testament écrits des siècles et des siècles après les événements racontés, et qui croient connaître « ce que Dieu a voulu à l’origine », on ne pourrait que conseiller de lire attentivement ce livre très accessible, d’une grande clarté, où l’auteur ne se retranche pas derrière un discours distant et scientifique mais nous fait part également de son parcours d’homme et de croyant, pour remettre enfin les pendules à l’heure face aux croyants agressifs, aux créationnistes béats, et aux illuminés sans culture.

Pour conclure, je citerai ces deux passages essentiels et qui sont les clefs de voûte de cette enquête sur la figure de « Jésus » : « Il vaut mieux favoriser des lectures qui ne mènent pas au sexisme, au racisme, à la bigoterie et à l’oppression sous toutes ses formes » Il faut juger de tout ce que l’on entend et de tout ce que l’on voit – la prose inspirante de la Bible ou celle de Shakespeare, de Dostoïevski ou de George Eliot ; de Gandhi, de Desmond Tutu ou du Dalaï-lama. »

 

Notes :

Le site H&O, achat en ligne possible : éditions H&O

Sur Bart Ehrman : article wikipedia

Voir article Têtu : Têtu en ligne

Sur le même thème AFP : dépêche AFP

Sur le créationnisme : article wikipedia

 

Lire les autres chroniques de Jean-Louis Garac

Retour à l'accueil

Catégories

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés